ALERTE AUX SPAMS (24/11/2003)
CORRESPONDANT PARTICULIER A NEW YORK,

DAVID BENAYM

Le Congrès Américain vote une loi pour lutter contre les courriers électronique indésirables

NEW YORK « Augmenter son train de vie en restant chez soi… Venez découvrir la pilule qui vous rajeunit de 20 ans… Perdez 30 kilos en moins de 3 semaines tout en mangeant normalement… »

Autant d’arguments publicitaires que vous avez déjà sans doute reçu dans votre boite de courrier électronique.

Les anglophones en sont peut être plus conscient puisque la majorité de ces emails non sollicités sont en anglais, mais le mal est désormais mondial.  Le principe du Spam est simple, lorsque vous surfez sur Internet, achetez un produit sur un site marchant, et que vous laissez votre adresse email, des pirates professionnels interceptent vos données, sans que vous-vous en rendiez compte, et l’utilise à des fins commerciales.

 

Selon un rapport de la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement ces courriers indésirables représentent aujourd’hui dans le monde près de 50% du trafic de courriers électroniques.  Depuis quelques mois les représentants au parlement américain débattent sur un texte pour lutter contre ces invasions d’emails. A la différence des virus pour lequel on trouve rapidement un antidote, il n’existe pas de programme efficace anti-spams.  Un Spam ouvert peut en entraîner dix autres. Certains de ces fichiers contiennent même des virus en sous-marin. Sans filtre puissant, sans loi pour se défendre, le consommateur était jusqu'à présent dans une impasse envahie de slogans.

 

Cette semaine est donc cruciale pour tous les utilisateurs d’Internet. Comme 53.4% des Spams proviennent d’entreprises américaines, il était important que Washington sévisse. Healther Wilson, Représentant Républicain au Congres, qui lutte pour obtenir une loi depuis plus de 6 ans, a déclaré que « ce qui n’était qu’une nuisance avant est devenu un vrai cauchemar ». Et c’est pour atténuer ce cauchemar que La Chambre des Représentants a voté presque a l’unanimité (392 voix contre 5) un texte qui permette aux internautes de réduire considérablement le nombre de ces emails reçus. Mais cette loi est aussi très favorable aux marqueteurs. En effet, cette législation légalise une pratique déjà existante depuis longtemps. Elle autorise l’envoi de messages publicitaires aux internautes, sans leur permission. L’expéditeur de ce genre de courrier doit seulement fournir au destinataire une adresse valide, pour lui permettre d’exprimer sa volonté de ne plus figurer sur sa liste marketing. Alors qu’il est notoire que les adresses de réponse incluses dans les Spams servent non pas à désabonner l’internaute, mais surtout à vérifier que son adresse est bien valide.

 

La loi n’est pas parfaite, mais elle ajoute un volet légal à ces publicités non réglementés. L’un des outils qui devra désormais être obligatoirement disponible dans chacun des emails sera la possibilité de s’effacer définitivement des listes de diffusions des annonceurs. S'ils continuent à envoyer des messages, souvent pornographiques ou contenant de la publicité mensongère, les "spamers" risqueront jusqu'à cinq ans de prison et de lourdes amendes allant jusqu'à six millions de dollars.

 

Mais cette loi concerne uniquement les Etats-Unis, et il est fort à parier que les malins de la publicité clandestine se délocalisent pour envoyer leurs immondices par d’autres réseaux.  En attendant que le Sénat confirme cette semaine la loi et que le Président George W. Bush la signe, n’ouvrez jamais ces Spams et donnez une adresse de substitution lorsque vous vous inscrivez en ligne.



D.B.

© La Dernière Heure 2003

Retour au sommaire des articles