New York Assiégé (03/09/2004)

 

CORRESPONDANT PARTICULIER AUX ETATS-UNIS,

 

DAVID BENAYM

 

 

Certains américains rêvaient d’une rentrée tranquille, c’était sans compter sur la présence de la convention républicaine à New York.

 

Les hélicoptères tournent dans un ballet de sécurité incessant sur Manhattan. Des rangées de policiers sont alignées sur les grandes artères. Les barrières installées sur les trottoirs qui longent les alentours du Madison Square Garden se dressent contre les protestataires et les curieux.  Oui, les républicains sont en ville, et ils ne passent pas inaperçu. Une convention conventionnelle, celle des éléphants de l’Amérique profonde. L’ambiance dans les rues de New York est au stress et à la peur. Impossible de se balader au cœur de la ville sans croiser le regard inquisiteur d’un patrouilleur du secret service, oreillette et badge en place.

 

Entre protestataires et new yorkais se dirigeant vers leur lieu de travail, il n’y a que peu de différences. 5 new yorkais sur 6 sont anti-Bush, et la plupart l’expriment à travers leurs t-shirt, casquettes, ou badges attachés à leurs vêtements. « Plus que deux mois sous l’empire Bush » clame Jenny, 32 ans, véritable clone apparent de l’héroïne de Sex and the City. Jeffrey, tout juste 19 ans va voter pour la première fois, « je sais que c’est l’élection la plus importante depuis des années, et j’ai la chance de pouvoir donner mon point de vue, Bush doit partir, et je manifeste tous les jours pour que les télés montrent notre mécontentement ».

 

Ici, tout le monde à une opinion. Et chacun utilise son droit de l’exprimer. En dehors de quelques bâtiments officiels liés à la convention républicaine, aucun message d’accueil favorable n’apparaît sur les vitrines de la ville comme c’est d’habitude l’usage lorsqu’une ville héberge un événement politique aux États-unis. Au contraire, les efforts des commerçants se trouvent dans les messages anti-W mis en place pour exprimer leur point de vue. Comme pour Noël ou pour halloween, les vitrines sont aux couleurs de l’ambiance qui règne sur Manhattan. « Réductions pour les démocrates », « Bienvenue aux républicains qui veulent rentrer chez eux », les messages d’ironie sont à tous les coins de rues. Des dizaines d’organisations se réunissent chaque jour sur Herald Square, à quelques rues de Times Square et des comédies musicales de Broadway.

 

Un peu plus loin, les partisans de Bush vivent retranchés dans l’antre du Madison Square Garden, temple de la fête, des concerts et des événements sportifs. Là ou Madonna se donnait en spectacle il y a seulement quelques semaines, les plus radicaux des électeurs américains scandent des slogans pour que Bush reste au pouvoir « 4 more years », quatre années de plus. Aux premiers rangs, les délégués du Texas, affublés de bottes et chapeau de cow-boy, scandent des messages de haine à l’égard du candidat démocrate : « Kerry is for pussies », Kerry est fait pour les fillettes. Les revendications politiques sont rares, on assiste plus simplement à des joutes verbales par écran de télé interposé. L’essentiel pour tous ces militants est d’être visuels afin que les grandes chaînes puissent faire parvenir leurs messages au cœur de l’Amérique profonde. Après une élection controversée en 2000, les américains se préparent au vote le plus partisan de leur histoire. Dans exactement deux mois le monde saura enfin s’il faut compter sur George W. Bush ou John F. Kerry pour reprendre les commandes de la plus grande puissance mondiale.

 

 

D. B.
 

© La Dernière Heure 2004 

Retour au sommaire des articles