"Je veux empêcher W de garder le pouvoir" (02/09/2004)

 

CORRESPONDANT PARTICULIER AUX ETATS-UNIS,

 

DAVID BENAYM

 

Le documentariste Michael Moore a fait sensation lundi soir dans les tribunes de la convention républicaine à New York. Mandaté par le quotidien USA Today pour écrire une colonne sur l’élection présidentielle américaine, il s’est confié entre deux prises de notes sur ses intentions et ses impressions au cœur du Madison Square Garden.

 

“Je suis là en tant que journaliste, pas par provocation. Mon envie est de rencontrer les républicain de la base, ceux qui me ressemblent, qui sont loin du pouvoir, afin d’essayer de comprendre leurs motivations à voter pour George W. Bush une nouvelle fois » précise le réalisateur du documentaire de tous les records, Fahrenheit 911.

 

« Les républicains donnent la parole aux plus modérés de leurs partisans : Arnold Schwarzenegger est pour le droit à l’avortement, Rudy Giuliani est favorable au mariage entre homosexuel et Michael Bloomberg est un farouche opposant au port d’arme aux Etats-Unis, rien à voir avec la ligne politique officielle du gouvernement actuel. Les républicains ne peuvent pas gagner une nouvelle fois s’ils sont eux-mêmes, c’est pour cela qu’ils doivent user de tactiques plus libérales pour reconquérir le cœurs des américains » se lamente Michael Moore.

 

Hué par la foule de délégués présente à la convention, Moore ajoute qu’il « représente aux yeux des républicains l’anti-Bush par excellence. » Auteur de nombreux livres et de deux documentaires ouvertement anti-W,  ils le considèrent comme un traître, le pire ennemie du camp Bush, l’homme à abattre. « Mais l’Amérique est une démocratie, et ma présence ici en est la preuve, et je suis plutôt bien entouré en terme de sécurité. »

 

En effet, accompagné par un service d’ordre impressionnant, Moore se fraye un passage vers sa place au sein de la tribune journalistique. Il explique qu’il est surtout ici pour parler avec les républicains moyens. « Je trouve plus de points communs avec les électeurs de la base qu’avec le gouvernement. Les républicains veulent la même chose que moi. Nous voulons vivre en paix, avoir un bon boulot, que tout le monde puisse aller à l’école. Les différences sont dans la manière d’y arriver. La différence majeure c’est que nous démocrates pensons qu’il faille envoyer des troupes uniquement en cas d’absolue nécessité, notre armée ne devrait être mise à contribution qu’en cas de légitime défense. »

 

Véritable porte drapeau des protestataires, Michael Moore rejette pourtant les actes de violences perpétrés autant par les manifestants que par la police. Il précise que l’enjeu de cette élection dépasse les simples partis politique, « c’est vote le plus importante depuis la guerre du Vietnam. Notre monde est en mutation, et nous somme là pour élire le président de cette planète en reconstruction. C’est pour cela que je met tout mon temps et mon énergie afin d’empêcher W de garder le pouvoir ».

 

En fin polémiste, Moore n’est candidat à rien, il sait que son apparition à la convention républicaine aura un impact. Son film couronné de succès critique et commercial devrait rester encore quelques semaines de plus sur les écrans de cinéma américains, en attendant la sortie DVD prévue aux Etats-Unis quelques semaines avant la date fatidique du 2 novembre, jour de l’élection présidentielle.

 

D. B.
 

© La Dernière Heure 2004 

Retour au sommaire des articles